Publié le 23/06/2016 à 08:46 – La Dépêche du Midi

Un cycle de formation originale et innovante a été initié en cette fin de printemps. L’organisme de formation GAIA consulting et le réseau Agr’eau, réseau de fermes agricoles pilotes créé par l’AFAF et financé par l’Agence de l’eau, ont lancé leur première journée de formation sur la commune de Montadet, une première dans le monde agricole, au titre particulièrement évocateur «Apprendre en faisant des couverts végétaux».

Cette journée fait donc partie d’un cycle inclus dans un programme d’accompagnement des agriculteurs – en conventionnel et en bio – dans leurs changements de pratique et en particulier pour les former aux techniques d’implantations de couverts végétaux (dans un premier temps en 2016, niveau 1) et aux techniques d’implantation de leur culture de vente dans ce couvert (niveau 2 prévu en 2017).

Pour cette première journée, l’animation a été faite par Pierre Pujos et Jean Hamot, agriculteurs expérimentés du réseau Agr’eau, pour donner le coup de pouce de départ «aux agriculteurs débutants».

Les agriculteurs ont tour à tour exprimé leurs interrogations, leurs craintes ou leurs réussites vis-à-vis des couverts végétaux et du semis direct. Ils sont tous convaincus mais ne savent pas comment s’y prendre. Il a été ainsi proposé un accompagnement technique personnalisé par un «parrain expérimenté» pour mettre en place un essai sur la ferme des participants qui le souhaitent.

Pour l’heure, 12 agriculteurs venus du Gers, de la Haute-Garonne et de l’Aveyron sont venus écouter et échanger avec les deux agriculteurs-formateurs. La journée s’est déroulée en deux temps, une partie en salle pour mieux se connaître, échanger et se fixer des objectifs puis l’après-midi sur le terrain pour visualiser et mieux comprendre. Sur le terrain, les échanges ont porté sur les effets positifs de l’implantation des couverts végétaux tout en partant de profils de sol pour en identifier sa structure, sa biologie, sa forte capacité d’absorption de l’eau et sa résistance à l’érosion.

L’ensemble de ces agriculteurs souhaite cet accompagnement pratique et vont tous implanter des couverts avant l’automne.

201606232276-full

Une vision globale et concrète tant pour le matériel utilisé en technique simplifiée et semis direct que la visite des cultures déjà en place pour un groupe motivé, prêt à passer à la pratique avec un appui personnalisé./Photo DDM, M. A.

Le bilan de Pierre Pujos, agriculteur bio, sur cette première journée

Pierre Pujos,confie : «Les agriculteurs ont de nombreux problèmes à résoudre dans leur système de production : perte de matière organique, érosion des sols, perte de fertilité… Il devient urgent de réagir et de trouver des solutions. Ils sont nombreux à s’interroger et sont démunis car s’il y a des solutions adaptées à chaque système, il y a peu de conseils adéquats, d’appuis techniques ciblés. Dans ces solutions, il y a justement celles de couvrir les sols et remettre des systèmes fixes comme des bandes enherbées, des haies…». Apprendre en pratiquant est le maître mot de ce cycle. C’est avec de nombreuses idées, des conseils pratiques, des peurs ou des doutes dissipés, que les stagiaires sont repartis, plus convaincus que jamais par ce type de pratique et la façon de la mettre en place, dans un souci de performance économique et environnemental.

 

http://www.ladepeche.fr/article/2016/06/23/2371504-apprendre-en-faisant-des-couverts-vegetaux.html

 

Les commentaires sont clos.

Set your Twitter account name in your settings to use the TwitterBar Section.
Soigneusement cultivé par GERS Communication !